Accueil

Le PEUPLE SUD-AFRICAIN

Connexion utilisateur

Avant l'abolition de l'apartheid, la législation sud-africaine identifiait quatre groupes raciaux: les Noirs, de langue bantoue (75,2 % de la population), les Blancs (13,2 %), les Métis (8,9 %) et les Asiatiques (2,7 %). Le gouvernement sud-africain reconnaissait l'existence de dix nations noires, définies en termes ethno-linguistiques; il avait attribué à chacune un bantoustan, ou homeland.
 
Les Blancs, citadins à près de 90 %, ont, jusqu'en 1994, dominé les institutions politiques et tiennent encore l'économie. Ils se divisent en deux groupes majeurs. Les plus nombreux sont les Afrikaners (60 %), descendants des colons hollandais et des huguenots français installés au Cap au XVIIe siècle, mais aussi, dans une forte proportion de protestants allemands. Le groupe anglophone (34 %) est issu de colons britanniques dont l'implantation commença au début du XIXe siècle. L'origine des métis (Coloureds) remonte au XVIIe siècle, par métissage d'Européens, d'indigènes bushmen (Khoi et San) et d'Asiatiques, notamment malais.
 
Le taux de croissance de la population sud-africaine, encore proche de celui des pays en voie de développement, est une moyenne qui masque des situations disparates. L'Afrique du Sud rassemble 42,6 millions d'habitants et connaît un taux d'urbanisation élevé (60,1 %).
 #